Vous souhaitez voyager en train en France ou à l’étranger avec votre vélo mais vous ne savez pas comment ça fonctionne ? Laissez-vous guider, nous avons testé ça pour vous!

Train et vélo en France, un vrai casse-tête chinois

Alors si il y a bien une idée reçue à laquelle je vais tordre le cou tout de suite c’est celle selon laquelle les trains en France ont tous des wagons pour les vélos.

Seuls certains trains l’ont (autant dire très peu, avec un nombre de places toujours très limité) et le programme de mise en place de ces fameux wagons est en cours et devrait se terminer en 2016.

Si vous arrivez malgré tout à trouver un train qui accepte les vélos complets (entendez par là : non démontés), il vous faudra payer une place pour ce vélo à 10€ en même temps que vous aller acheter votre billet, le supplément ne peut pas être payé séparément (et donc pas non plus à postériori de l’achat). De plus, ce billet spécial vélo ne peut s’acheter qu’en guichet ou au téléphone, impossible de le prendre sur internet.

Seuls les RERs permettent d’embarquer gratuitement un vélo complet à bord.

Pour TOUT le reste : ON SE DÉBROUILLE COMME UN GRAND.

Passons donc aux choses sérieuses : comment traverser la France avec un vélo dans un  TGV sans wagon dédié aux vélos?

Première solution : on fait les choses dans les règles de l’art

Il faut prendre le vélo en bagage, et donc le faire rentrer dans une housse prévue à cet effet (qui coûte évidemment…80€ minimum!). Sauf que comme vous vous en doutez, votre vélo il va pas rentrer tout seul comme un grand dans cette fameuse housse aux dimensions ridicules : il va falloir démonter au grand minimum roue avant (et donc si vous partez en voyages comme nous : porte-bagage avant + garde-boue avant également) plus la roue arrière si besoin (ce qui est notre cas et donc : porte-bagage arrière+ garde-boue arrière également).

Il faut également avoir à l’esprit qu’en plus de porter ce sac (avec un vélo de 15kgs dedans) il faut également que chacun porte son barda : 2 sacoches avant + 2 sacoches arrières + sacoche de guidon + tente + matelas + sac de couchage.

L’inconvénient est donc le prix élevé de la solution. Cependant, le vélo est bien protégé contre la casse grâce à la housse et les contrôleurs ne peuvent rien vous reprocher avec un tel équipement.

Deuxième solution : on bidouille et on négocie

Si comme nous vous n’avez pas envie de payer une housse de vélo 80€, il reste toujours le plan B : on démonte uniquement la route avant, on met le vélo dans un grand sac poubelle (plusieurs mêmes pour renforcer tout ça), on rembourre avec une bâche et on prend le tout avec nous dans le train.

Légalement, les contrôleurs n’ont pas le droit d’ouvrir un sac, il suffit donc de soutenir que le vélo à l’intérieur n’est pas….un vélo.

Les risques que cette solution comportent sont :

– abîmer son vélo car peu protégé dans le sac poubelle
– avoir une amende par le contrôleur

Cependant, le coût est quasiment nul.

Le train reste donc une solution moins risquée que l’avion pour transporter les vélos en France mais tout aussi complexe à gérer. Mais bon, c’est aussi ça qui fait le charme du voyage!

Train et vélo à l’étranger, y’a du mieux!

Pour voyager en train à l’étranger (ou tout du moins dans les pays nordiques), plus de soucis de démontage de vélo, ceux-ci sont acceptés (même dans les ferries!). Certaines fois il faut simplement s’acquitter d’un léger supplément.

Il existe 3 solutions pour voyager en train à l’étranger (en Europe) :

– réserver ces billets de train en avance
– réserver les billets de train au fur et à mesure
– réserver un billet de type interrail

Nous allons faire un point sur les avantages et inconvénients de ces méthodes, n’hésitez pas à compléter dans les commentaires avec les informations & retour d’expérience que vous avez!

Réserver les billets de train à l’avance

Avantage : Le prix!!

Inconvénient : Il faut se débrouiller pour être à l’heure au différents départs des trains, ce qui n’est pas forcément facile pour un trajet assez long en autonomie complète.

 

Réserver les billets de train au fur et à mesure

Avantage : La liberté les amis

Inconvénient : Le prix!! 😉

 

Réserver un billet de type interrail

Ce type de billet permettant de voyager n’importe ou en Europe n’importe quand sur une période de 10 jours non consécutifs pendant 1 mois par exemple). Pour plus d’informations, se rendre sur : interrail.eu

 

Avantage : La liberté les amis, le prix (250 euros pour prendre le train quand tu veux et où tu veux sur 10 jours les copains, c’est im-ba-table!)

Inconvénient : à vous de me le trouver!

PS : Je vous vois venir vous au fond de la salle “ééééh mais attends, pourquoi il prends pas ce billet en France notre copain blogueur? Parce que interrail n’est valable qu’en dehors de son pays d’origine, c’est donc râpé pour traverser notre beau pays avec ! 🙂

 

Je vous laisse donc imaginer que la solution choisie a été la dernière!

Je mettrais à jour cet article lorsque l’on sera revenu, pour vous faire un retour d’expérience sur ce choix.