Si vous faites partie comme moi de ceux qui aiment immortaliser leurs voyages sur pellicule vous allez être confronté à plusieurs problématiques : où stocker l’appareil, n’est-ce pas trop lourd, n’est-ce pas trop fragile, etc ?

Où mettre son appareil photo lors d’un voyage à vélo ?

Un vrai appareil photo peut très rapidement devenir encombrant et fragile, donc difficile à transporter sur un vélo de par la place limitée dont on dispose sur celui-ci.

Si vous partez avec un compact, pas de soucis pour l’emmener avec vous facilement. Cependant si vous voulez prendre un hybride (c’est mon cas !) ou un reflex c’est là que les ennuis commencent ! En effet, il faut une place permanente pour l’appareil, accessible à tout moment (quoi de plus frustrant que de louper un instant magique car l’appareil est difficile d’accès ?), et de préférence pas sujet à la casse en cas de chute du vélo.
L’endroit le plus approprié à mon sens et qui réponds à tous ces critères est indiscutablement la sacoche de guidon : accessible, elle n’est que peu impactée par une chute du vélo et permet de ne rien mettre au dessus de votre housse à appareil photo.

Comment prendre des photos sans avoir à tout déballer à chaque fois ?

Lors de certains passages magnifiques il est terriblement frustrant de devoir ouvrir sa sacoche de guidon, ouvrir sa housse, sortir l’appareil pour prendre une photo et tout refermer tous les 500 mètres. La solution que j’ai adoptée est d’avoir choisi un hybride léger et peu encombrant : le Pentax Q10.
Je peux ainsi le garder au cou tout un après-midi, ce qui évite ces ouvertutes-fermetures incessantes de la sacoche & housse.

De plus, lorsque l’on voyage à deux il est très vite énervant pour le partenaire de vous attendre tout sortir et tout ranger, cette solution a donc le mérite de faire prendre des photos rapidement.

La photographie : Pas si facile que ça pendant un voyage à vélo

Une chose est certaine en tout cas : il n’est pas aisé de prendre des photos en voyageant à vélo. Le moyen de transport a beau être lent, vous allez tout de même entre 15 et 25 km/h de moyenne. Ce qui oblige à faire demi-tour souvent lorsque vous avez passé des points de vue et spots immanquables.

De plus en montée même si certains passages sont superbes vous n’avez sûrement pas envie de vous arrêter sur votre lancée. Idem pour une belle descente : le plaisir et la sensation grisante qu’apporte la vitesse vous fait oublier de prendre des photos, vous voulez juste profiter de l’instant.

Le bilan est donc mitigé, à vous de trouver le juste milieu avec ces quelques retour d’expérience 🙂