Vous ne saviez pas que le nouveau DIE HARD était en cours de tournage ? Nous non plus et pourtant on a eu droit d’y participer!

Énorme !

 

Aller un petit contexte pour commencer : Nous sommes le 8 aout au soir, il nous reste environ 80 km à faire pour arriver au ferry menant au Danemark, petite journée, tranquille, peinards, qu’on se dit en se couchant, que ca va etre « a piece of cake » comme dirait Bruce… et ben que neni! Sans vous spoiler toute l’histoire, voila un peu à quoi vous attendre.

La nuit a été particulierement éprouvante avec pluie et vent et en plus la tente était mise sur un terrain en pente. Vous allez me dire « Vous etes pas bien malins » Mouais… On se prépare sous la pluie, on range le matos et on décolle. On prend des petits sentiers très sympas, en logeant la mer Baltique. sur la cote les campings et les touristes s’enchainent. Limite on se croirait sur la croisette. Oui mais ça c’était avant le drame bien entendu… (attention spoiler du flim)

Nos deux héros ne savent pas encore à quoi s'attendre.

Nos deux héros ne savent pas encore à quoi s’attendre.

Un méga énorme orage sorti de nul part arrive sur le devant de la scène et commence son role d’élement perturbateur. Nous voila trempés, même les ponchos n’ont pas suffis! En plus de cela, nous sommes en trains de traverser une foret uniquement à la boussole car on ne trouve aucun panneaux… Finalement l’orage s’arrete, le moral en a pris un coup, il fait froid, il fait faim, Pierre, le moral dans les chaussettes (trempées) s’arrete à un supermarché et revient avec 8 tablettes de chocolat ! Oui oui 8 !

Il y a pas a dire, ca fait du bien. On fait un petit bivouac dans un parc et on est reparti avec presque le sourire aux lèvres. Mais comme dans tout bon film, il faut plus d’action, plus de trucages, plus de tout… alors le scénariste démarre les soufleuses et créé un vent à décorner les boeufs. On roule au ralenti, on se perd, on se reperd, on a mal aux jambes, et on a meme pas droit à des doublures.

Bien évidemment, pour plus de suspense, on ne sait pas à quelle heure est le dernier ferry, alors on donne tout, on crève l’ecran (mais pas les pneus) et on arrive épuisés à l’embarcadere…

IMGP3280

Mais me direz-vous, les films avec Bruce se finissent toujours bien alors oui, on a réussi à prendre le ferry avec des centaines de voitures, de camions et même un train ! Sur le bateau, on se fait un petit casse-croute, ça fait un bien fou! À l’arrivée, nous passons la frontiere danoise, nous faisons 2 km et hop au dodo.

 

J’avais dit qu’on devait faire 80km ce jour la… on en a fait 116, notre plus gros score.